· 

Le plus beau des cadeaux : leur apprendre à se défendre.

Dessin de David Ibáñez Bordallo, arrivé second au concours de dessins sur l'égalité des genres, organisé par l'ONU
Dessin de David Ibáñez Bordallo, arrivé second au concours de dessins sur l'égalité des genres, organisé par l'ONU

Savoir se défendre quand on est attaqué, fixer des limites claires, savoir dire non quand on abuse de nous, c'est un fameux atout dans la vie. Personne ne vous conseillera jamais de vous laisser malmener quand un voisin vous hurle dessus, un mari vous frappe, un vendeur vous roule dans la farine. Cela va de soi. "Ne te laisse pas faire !"

 

Mais quand il s'agit des enfants, ou des adolescents, le discours est tout autre. S'il se fait bousculer à la récré, insulter en classe, moquer sur les réseaux sociaux, on lui conseillera plutôt de... faire comme si de rien n'était. "Ignore, il va se lasser !"

 

Personnellement, si je ne dis rien quand mon garagiste surfacture un entretien de ma voiture, je ne vois pas pourquoi il changerait sa façon se faire. Non, même si j'aimerais, il ne va pas "se lasser..."

 

L'autre discours, très à la mode en ce moment, est : "Dis-nous qui t'embête, on s'en charge".

Bon, bon, bon... tout cela part d'un très bon sentiment, mais...

Allez, pour le plaisir, remettons ça dans un contexte "adulte" pour que ce soit bien clair.

 

Vous êtes au boulot, votre collègue Anne s'étire sur votre bureau, vous regarde de trop près, juge votre façon de vous habiller, critique vos relations, baille dans votre oreille... Ni une ni deux, au lieu de lui dire quoi que ce soit,  vous prévenez votre patron : "Anne, elle est pénible". Patron appelle Anne, lui dit : "Sois un peu gentille avec Lucie sinon tu n'auras pas ta prime de bonne conduite".  

Là, Anne jubile, attend que Patron ne regarde pas, et pique Lucie avec son stylo. Ça va devenir super marrant !

 

Anne est d'autant plus dépitée qu'elle n'a jamais appris à se défendre toute seule, elle a toujours attendu que les autres le fassent à sa place. On est d'accord : autant lui mettre directement une cible dans le dos ! 

 

Version enfant 

 

Léon adore insulter Emma dans les couloirs, il la traite de dinde avec ses grosses fesses, il ne lui laisse pas une minute de répit. Emma rase les murs, tente le "ignore" qui ne fonctionne pas, va se plaindre à la direction et je vous laisse deviner la suite, à vous de choisir : 

 

A. Léon a une heure de colle et se calme immédiatement. Il a bien compris qu'il fallait être gentil avec tout le monde.

B. Léon traite Emma de balance, pleurnicheuse, trop nulle pour se défendre.

C. Léon en profite pour devenir plus rusé. C'est pas un directeur qui va lui dire ce qu'il doit faire.

 

N'importe qui, qui a déjà été harcelé, embêté, attaqué dans sa vie (90% des gens, en fait) connait la réponse, même s'il peut y avoir des exceptions. (B et C au cas où vous ne vous en doutiez pas).

 

Or, savoir se défendre soi-même présente un tas de cadeaux cachés : 

 

On prend confiance en soi d'une façon extraordinaire et ça c'est bon pour toute la vie

On apprend à exprimer ses désirs et à vivre selon ses convictions sans vivre la vie que les autres ont voulu pour nous

On ne se laisse plus berner facilement

On est bien dans ses baskets

On a les bonnes stratégies pour faire face au harcèlement et on repère tout de suite les situations à risque

 

Et d'un autre côté, ce qui n'est pas négligeable : 

Léon comprend qu'il y a des personnes qui ne se laissent pas faire et ça va lui éviter de devenir un relou plus tard. Non Léon, on ne peut pas traiter les gens comme ça. Ni les enfants, ni les adultes.

 

Méthode pratique 

 

  • Ne pas hésiter à intervenir très tôt, dès qu'il y a une crispation relationnelle. Ne pas attendre que la situation s'installe.
  • Faire appel à l'équipe : on s'outille plus facilement à deux ou trois. En plus, c'est plus drôle.
  • Prendre note des comportements, des remarques qui sont déplacées, gênantes...
  • S'entrainer à répondre en une phrase (éventuellement avec le jeu Takattak, mais ce n'est pas obligatoire) de différentes manières : autodérision, boomerang, pirouette... (vous trouverez toutes les explications dans le PDF téléchargeable sur la page du jeu)
  • Faire le cri de l'ours avant d'affronter le harceleur, ou celui ou celle qui vous embête.
  • S'entrainer encore et encore. Seul, à plusieurs, jouer son rôle, le rôle de l'autre, etc.

 

Exemples réels entendus lors des animations (dans les écoles primaires) 

 

- Emma, t'es trop moche avec tes lunettes

- Léon, moi mes lunettes je peux les enlever, toi ta tête, c'est pour toute ta vie. (Boomerang)

 

- En fait, personne ne t'aime dans la classe

- Manger une glace ? Non, pas envie... (Pirouette)

 

- Avec tes cheveux crépus, on dirait un mouton

- Oui et le matin je bêle, d'ailleurs je vais le faire chaque fois que tu me dis ça. (Autodérision)

 

- Nique ta mère !

- Non la mienne, c'est Brigitte (Pirouette)

 

- Nain de jardin

- Oui et quand il fait nuit, je vais dans le jardin du voisin, je suis tellement petit qu'il ne me voit pas. (Autodérision)

 

- Tu pues de la gueule

- Ah non, c'est ton nez qui est tout crotté, tu veux un miroir ? Berk berk... (Boomerang)

 

- Tu es nulle en math. Normal, t'es une fille

- En tout cas je suis assez douée pour compter tous tes boutons d'acné (Boomerang)

 

Dans ces histoires, le Petit Chaperon Rouge terrasse le loup. Parce que, parfois, le chasseur n'arrive pas à temps, ou parfois, il tire mal,  à côté, et le loup est encore plus énervé.

Et notre Chaperon a bien compris qu'il fallait mieux se débrouiller seul. C'est ça, la vie. Et c'est bien.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Agnès Delvaux (mercredi, 15 décembre 2021 09:34)

    Merveilleux et efficace ! Et en plus c’est tellement maîtrisé qu’on ne voit pas le travail et que cela parait simple ! Belle ouvrage !