Takattak Family

 

 

Répondre du « tac au tac » quand Thomas vous traite de gros lard, Laura de P’tit intello ou qu’on ne veut pas de vous dans l’équipe de foot.

Quelques mois après la sortie de Takattak, Geneviève Smal donne naissance à TakAttak Family, un jeu de cartes, illustré par Sullivan Hismans, pour apprendre aux plus jeunes à ne pas se laisser marcher sur les pieds à la récré.

Du tac au tac

Souvenez-vous, TakAttak, c’est un ensemble de 52 cartes, piques de la vie quotidiennes auxquelles il faut répondre rapidement, sans se démonter.

Forts de leur succès, les complices louvièro-liégeois ont décidé de créer un jeu qui plaira aux enfants, puisqu’il s’agit de répondre du tac au tac quand leurs camarades leur lancent des piques « cours de récré ».

Ras-le-bol de ne pas savoir tenir tête à la brute de ton école ? De ne pas réussir à t’affirmer quand tu as 8, 10 ou 12 ans ? Il est temps de passer à l’action ! D’oser venir en classe avec des nouvelles lunettes sans avoir peur des moqueries, d’assumer ta taille et de faire fi du « nain de jardin » que l’on te murmure dans l’oreille, de faire accepter ta couleur de peau, ta différence de culture, tes deux mères, ton bégaiement, ta nullité en math, tes difficultés en gym et tout ce qui donne envie aux autres de te prendre pour cible.

TakAttak Family, c’est quoi ?

  • 52 cartes piques, toutes plus désagréables les unes que les autres. Celles qu’on entend en classe, dans la cour de récré, entre frères et sœurs. Mais celles aussi prononcées par des parents agacés, voire des instituteurs énervés.
  • 2 cartes « consignes », une version « Chrono », l’autre version « Dingo.
  • Riposter tout en gardant son sang froid, prendre du recul, respirer un bon coup avant de sauter.
  • Et tout cela, en un minimum de temps, pour ne pas que la riposte tombe comme un cheveu dans la soupe.

Mais il y a des consignes à respecter :

Avec la carte Chrono, selon la couleur de la flèche de la carte suivante, vous devrez :

  • User d’autodérision
  • Répondre avec une pirouette
  • Être (parfois) insolent
  • Rétorquer par une question
  • Désarçonner votre persécuteur avec un compliment

Pour les plus motivés, il y a la carte Dingo. Vous serez tenu de faire preuve de créativité, parce qu’il faudra :

  • Riposter en chanson
  • Inventer de faux gros mots
  • Mimer une réplique
  • Répondre en rime
  • Ou par une onomatopée

Est-ce bien sérieux ?

Tout le monde se souvient d’avoir été bousculé par un copain de classe auquel on n’a pas pu clouer le bec et le malaise qui s’en est suivi.

Des outils pour répondre aux railleries, on n’en a pas beaucoup quand on est un enfant. On a tendance à prendre la mouche pour un rien, ou à souffrir dans son coin.

Entre l’agressivité et le silence, il y a une quantité de répliques et de traits d’esprit, qui peuvent être utilisés. Tout cela sans créer de conflit, au contraire.

TakAttak Family, c’est aussi jouer avec la langue, riposter en musique, créer de nouveaux mots tout en maitrisant sa susceptibilité.