Satyrik

Après la sortie des deux premiers jeux, Takattak et Takattak Family, Sullivan Hismans et Geneviève Smal s’acoquinent avec Greg Bruwier pour créer Satyrik, le jeu qui nous incite à nous moquer de nos amis en les caricaturant, qui teste notre sens de l’autodérision et répond à la fameuse question : « est-ce qu’on peur rire de nous ? »

Sorti peu après les attentats de Charlie Hebdo, les trois comparses mettent notre sensibilité à rude épreuve et nous donnent l’opportunité de nous défouler avec un crayon.

Satyrik, c’est quoi ? 

  • 55 cartes percutantes, qui vous placent dans des situations embarrassantes : membre d’une groupe politique extrême, créateur d’un nouveau courant de pensée, ou simplement nu sur une plage.
  • Donner l’occasion à vos amis de vous satiriser, de révéler tous vos travers, vos petits défauts soigneusement cachés pendant des décennies.
  • Ils n’ont plus qu’à prendre leurs crayons et créer un climat d’autodérision, vous croquant avec votre cellulite, vos arguments rigides, vos tics de langage voire vos amitiés particulières.
  • Comment avoir de l’humour et ne pas prendre la mouche ? Comment assumer le miroir déformant de la caricature ?

Il faut savoir dessiner ?

Si vous avez fait vos maternelles, vous pourrez jouer à Satyrik. Un bonhomme bâton et quelques mots et le tour est joué !

Et est-ce qu’on peut riposter ?

Bien sûr ! Car si vous avez été la cible, la Bête Noire, c’est vous qui désignez la suivante.

Et en plus, vous avez un droit de réponse :

  • Certaines caricatures sont drôles ou touchantes, elles méritent une carte Coup de Cœur, Humour ou sont remarquées pour leur Créativité.
  • D’autres sont déplaisantes, vous pouvez les modifier avec votre droit de Censure, vous pouvez les détruire en usant d’Autodafé ou vous les pulvériser  d’un coup de Kalach’. Mais vous perdrez des points et la sentence risque d’être terrible.
  • Mais si vous prenez du recul, que vous respirez un bon coup, accordez la Liberté d’expression

Pourquoi des caricatures ?

Il est parfois difficile de dire les choses avec des mots. Les images sont donc là pour nous aider à faire passer un message plus subtilement.

L’enjeu de Satyrik c’est de tester notre capacité à nous remettre en question, percevoir les faits avec un regard neuf, changer de perspective. Mais aussi, accepter d’être remis en cause et soi-même contester les idées dominantes, bousculer les certitudes, se confronter à la réalité.